septembre 25, 2021
At the Moulin Rouge: The Dance by Henri de Toulouse-Lautrec in the Philadelphia Museum of Art

Au Moulin Rouge: La Danse de Toulouse-Lautrec

Au Moulin Rouge: La Danse d'Henri de Toulouse-Lautrec au Philadelphia Museum of Art

Où? Galerie 165 de la Musée d’art de Philadelphie
Lorsque? 1890
Que vois-tu? Le couple du milieu danse le can-can au Moulin Rouge. L’homme est vêtu d’un costume noir avec un chapeau haut de forme noir. La femme porte une robe beige-orange avec des chaussettes rouges. L’homme enseigne à la femme de nouveaux mouvements de danse can-can.

Au premier plan, une mystérieuse femme inconnue vêtue d’une élégante robe rose. Un groupe de personnes habillées, dont la plupart sont des hommes, entoure le couple dansant. Ces personnes s’engagent dans des conversations, regardent le couple dansant ou traînent simplement au bar en arrière-plan.

Toulouse-Lautrec connaissait la plupart des gens du Moulin Rouge car il y était habitué. Toulouse-Lautrec a utilisé une combinaison de couleurs unies avec des couleurs vives pour emmener le spectateur dans un voyage à travers le Moulin Rouge. La plupart des téléspectateurs commencent par regarder la femme en rose au premier plan, regardent ensuite le couple dansant, puis regardent l’homme dans la veste rouge vif à l’arrière-plan. La lumière dans cette peinture est fournie par les lustres électriques au plafond. Ce tableau est loué pour sa belle composition.

Passé: Après Toulouse-Lautrec terminé le tableau, les propriétaires du Moulin Rouge l’ont acheté et l’ont exposé au-dessus du bar. Une inscription au dos de ce tableau indique: « L’instruction des nouveaux par Valentin le Désossé. » Cela a identifié le danseur comme Valentin le Désossé (qui signifie «le désossé»). C’était un danseur de can-can vedette au Moulin Rouge. Valentin le Désossé était le nom de scène de Jacques Renaudin. Il avait une silhouette mince avec de longs bras et jambes, ce qui lui donnait le corps parfait pour un danseur de can-can. Il était très élastique et pouvait exécuter les mouvements expressifs de danse can-can avec une grâce inégalée. Il n’a pas accepté d’argent pour ses spectacles de danse comme il l’a fait pour l’amour de la danse.

La femme qui danse avec Valentine est Louis Weber, un danseur populaire de cette période. Elle était si flexible qu’elle pouvait garder son corps droit en se tenant debout sur une seule jambe et avec l’autre jambe levée au-dessus de sa tête.

Qu’est-ce que le Moulin Rouge? Le Moulin Rouge est un cabaret et une discothèque à Paris fondé en 1889. Comme son nom français l’indique, le Moulin Rouge est un bâtiment surmonté d’un grand moulin à vent rouge. C’est le berceau de la danse moderne du can-can.

Le Moulin Rouge a fourni des divertissements à toutes les couches de la société. Les spectacles extravagants, l’intérieur innovant et unique et les danseurs de renommée mondiale qui s’y produisaient étaient les ingrédients clés du succès immédiat et durable de ce lieu. Ci-dessous, une image d’une affiche de 1891 pour annoncer le Moulin Rouge par Toulouse-Lautrec. Le Moulin Rouge est toujours ouvert aux visiteurs aujourd’hui.

Moulin Rouge à Paris à la lumière du jour

Le Moulin Rouge à la lumière du jour

Affiche publicitaire du Moulin Rouge par Henri de Toulouse-Lautrec

Une affiche publicitaire du Moulin Rouge de Toulouse-Lautrec

Qu’est-ce que le can-can dance? Le can-can (ou cancan) est une danse développée en France dans la première moitié du XIXe siècle. C’est une danse à haute énergie exécutée à l’origine par les deux sexes. Cela impliquait de frapper les jambes au-dessus de la tête, de se fendre et de rouler (voir cette vidéo). Il s’est développé au fil du temps en une danse principalement exécutée par des femmes. Les danseuses ont utilisé une routine élaborée et provocante avec leurs longues jupes.

Au 19e siècle, le can-can était considéré comme une danse scandaleuse et il était souvent interprété par des prostituées. Cependant, son statut s’est amélioré avec le temps et au moment de l’ouverture du Moulin Rouge, il y avait des danseurs de can-can professionnels qui pouvaient gagner leur vie en dansant à plein temps.

Qui est Toulouse-Lautrec? Henri Marie Raymond de Toulouse-Lautrec-Monfa (1864-1901) est né dans le sud de France et était le premier enfant d’une famille riche. Dès son plus jeune âge, ses compétences artistiques étaient présentes et il s’est développé pour devenir un artiste très productif.

Toulouse-Lautrec est un représentant important du mouvement artistique post-impressionniste, avec des artistes comme Cézanne, Gauguin, Seurat, et Van Gogh. Contrairement à certains de ces autres peintres, Toulouse-Lautrec pouvait se soutenir en réalisant des affiches publicitaires pour les boîtes de nuit et autres commerces. Deux de ces affiches sont présentées ci-dessous. Le premier est un 1895 Publicité pour le magazine littéraire américain The Chap-Book. La deuxième affiche date de 1900 et annonce une chaîne de vélo Simpson.

Irish and American Bar, Rue Royale - The Chap Book par Henri de Toulouse-Lautrec

Irish and American Bar, Rue Royale – The Chap Book by Toulouse-Lautrec

Affiche publicitaire pour Simpson Chain par Henri de Toulouse-Lautrec

Affiche publicitaire pour Simpson Chain par Toulouse-Lautrec

Fait amusant: Les parents de Henri de Toulouse-Lautrec étaient cousins ​​germains et par conséquent, Toulouse-Lautrec a souffert de graves problèmes de santé tout au long de sa vie. Un problème de santé auquel il a été confronté était que ses jambes avaient cessé de grandir quand il était enfant et, par conséquent, il ne mesurait plus que 1,42 mètre.

Sa stature atypique (les jambes d’un enfant combinées au torse d’un adulte) a conduit à beaucoup de moqueries de la part des autres et Toulouse-Lautrec a eu recours à la consommation d’alcool. Pour s’assurer qu’il avait toujours de l’alcool avec lui, il avait une canne creuse – dont il avait besoin pour marcher – remplie d’alcool.

Intéressé par une copie pour vous-même? Affiche ou Toile

Écrit par Eelco Kappe

Les références:

  • Di Matteo, Berardo, Vittorio Tarabella, Giuseppe Filardo, Piergiuseppe Tanzi, Elizaveta Kon, Francesco Iacono et Maurilio Marcacci (2017), «Art in Science: The Artist and the Disease: The Exemplary Cases of Renoir and Toulous-Lautrec», Orthopédie clinique et recherche connexe, 475 (10), 2376-2381.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *