mai 18, 2021
Une discussion de la jeune femme avec un pichet d'eau par Vermeer

Une discussion de la jeune femme avec un pichet d’eau par Vermeer

Jeune femme avec un pichet d'eau par Johannes Vermeer au Metropolitan Museum of Art de New York

Où? Galerie 632 de la Musée d’art métropolitain
Lorsque? Vers 1662
Que vois-tu? Une jeune femme ouvre une fenêtre au plomb avec sa main droite, et elle tient un pichet d’eau dans sa main gauche. Elle porte une robe bleue avec un gilet bleu et or (appelé corsage) par-dessus. Elle porte également un col blanc et un couvre-chef en lin tout aussi blanc. Le pichet à eau en argent est posé sur un bassin en argent.

La table est recouverte d’une nappe chère et colorée avec des motifs de fleurs. Sur la droite du tableau se trouve une boîte avec un ruban bleu et un collier de perles. Derrière la table se trouve une chaise avec un lion sculpté dessus. Un tissu bleu pend au-dessus de la chaise. En haut à droite se trouve une carte des dix-sept provinces des Pays-Bas des Habsbourg au XVIIe siècle (il est intéressant de noter que l’ouest des Pays-Bas des Habsbourg est indiqué en haut et le nord à droite).

Les murs de cette pièce sont un peu blanc cassé (ce qui est clair quand on le voit contrairement au couvre-chef de la femme) et on peut voir les effets de la lumière du soleil. On peut reconnaître différentes ombres sur le mur à gauche de la femme, mais on peut, par exemple, aussi observer les ombres sur les ongles de la chaise. La lumière dans cette peinture change doucement les couleurs des différents objets.

Ce que fait la femme n’est pas tout à fait clair. Il est possible qu’elle veuille arroser certaines des fleurs qui se trouvent à l’extérieur de la fenêtre ou qu’elle veuille nettoyer la fenêtre. Notez que la fenêtre est la même que la fenêtre de gauche dans La leçon de musique par Vermeer.

La leçon de musique de Johannes Vermeer dans la collection royale

La leçon de musique de Vermeer

Passé: Cette peinture est également connue sous le nom de Femme à la cruche d’eau. C’est une peinture de genre représentant une scène quotidienne de la vie de la classe moyenne du 17ème siècle dans Les Pays-Bas.

En 1887, Henry Marquand a acquis ce tableau pour 800 $ et l’a plus tard fait don à la Musée d’art métropolitain. C’était le premier Vermeer peinture à venir aux États-Unis.

Équilibre et tranquillité: Comme dans de nombreuses autres peintures de Vermeer, ce tableau montre une composition équilibrée qui se traduit par une scène domestique très paisible. Tout d’abord, Vermeer y parvient en utilisant un nombre limité de couleurs dans cette peinture. Il utilise principalement les trois couleurs primaires: bleu, rouge et jaune.

Deuxièmement, Vermeer a mis plusieurs mois à terminer un seul tableau, et il a ajouté et supprimé divers éléments au cours de cette période pour créer l’harmonie que nous voyons dans cette version finale. Par exemple, sur la base de la technologie infrarouge, nous savons que Vermeer incluait à l’origine une autre chaise au premier plan à gauche et la carte sur le mur était plus grande et placée beaucoup plus à gauche. Cependant, cela a créé une scène plus chaotique et Vermeer a procédé à la mise à jour du tableau (vérifiez ici pour une reconstruction virtuelle de la version antérieure de ce tableau). Bien que retirer la chaise n’ait peut-être pas été beaucoup de travail, refaire complètement la carte sur le mur à un endroit différent était beaucoup de travail et explique pourquoi Vermeer a mis si longtemps à terminer une peinture (et la carte s’avère très exact).

Qui est Vermeer? Johannes Vermeer est né à Delft, Les Pays-Bas, en 1631 et y mourut en 1675. Son père possédait une taverne et était marchand d’art. Au début de sa carrière, Vermeer s’est inspiré des œuvres des adeptes de Caravage et surtout leur utilisation de la lumière.

Vermeer a développé son propre style et s’est principalement concentré sur les peintures de genre. Les scènes domestiques qu’il a représentées sont devenues célèbres grâce à leur réalisme et à leur excellente utilisation de la lumière et de l’ombre. Outre la peinture actuelle, d’autres exemples qui illustrent son éclat sont La laitière dans le Rijksmuseum dans Amsterdam et une fille avec une boucle d’oreille dans le Mauritshuis dans La Haye.

L’œuvre de Vermeer fut certes appréciée au cours de sa carrière, mais après sa mort, il y eut une période de près de deux cents ans pendant laquelle son œuvre fut largement oubliée ou attribuée à d’autres peintres plus connus. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, son travail est redécouvert et de nombreux tableaux connus sont attribués à Vermeer.

La laitière de Johannes Vermeer au Rijksmuseum d'Amsterdam

La laitière de Vermeer

Fille à la perle de Johannes Vermeer dans le Mauritshuis à La Haye

Fille à la perle de Vermeer

Fait amusant: Comme vous pouvez le voir dans les peintures ci-dessus, Vermeer a utilisé beaucoup de bleu dans ses peintures. Pour cela, il a utilisé le pigment outremer (qui est un pigment naturel à base de lapis-lazuli). L’utilisation de ce pigment le différenciait de ses contemporains car le lapis-lazuli était très coûteux.

La plupart des autres peintres ont utilisé l’azurite beaucoup moins chère pour créer du bleu. Le Lapis Lazuli est un rocher de couleur bleu foncé, et ce rocher n’était pas disponible en Europe mais devait provenir de pays comme l’Afghanistan. L’outremer est créé en broyant du lapis-lazuli en poudre et en le combinant avec une huile siccative.

Titien est un autre artiste bien connu qui a souvent utilisé l’outremer. À la Renaissance, l’outremer était principalement utilisé pour peindre la robe de la Vierge Marie. Le pigment outremer est resté très cher jusqu’en 1826 lorsque des variétés synthétiques d’outremer sont devenues disponibles.

Intéressé par une copie pour vous-même? Affiche

Écrit par Eelco Kappe

Les références:

  • Stott, Annette (2002), «La salle à manger hollandaise au tournant du siècle en Amérique», Portfolio de Winterthur, 37 (4), 219-238.
  • Welu, James A. (1975), «Vermeer: ​​ses sources cartographiques», Le Bulletin d’Art, 57 (4), 529-547.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *